Je déplore que le Président de la République se soit prêté à la commémoration du cessez le feu en Algérie du 19 Mars 1962.

« Je déplore que le Président de la République se soit prêté à la commémoration du cessez le feu en Algérie du 19 Mars 1962.

C’est une triple et grave erreur.
D’abord parce que c’est la première fois dans la Ve République qu’un Président décide de commémorer cette date qui divise profondément les Français et qui reste ancrée dans le cœur et la mémoire de ceux qui ont souffert et de leurs descendants.
Ensuite parce que c’est oublier nos 535 soldats morts, ces milliers d’hommes et de femmes, pieds-noirs et Harkis, massacrés, après cette date.
Enfin parce qu’au moment où il faut rassembler les Français on ne cherche pas un gain chez quelques-uns des siens au détriment de tous les autres. »